Emmanuelle Meyer comprend les gens qui viennent de loin

Par Cédric Beaumier L’Express– Semaine du 19 mai au 25 mai 2015

 

Emmanuelle Meyer 8

Agente immobilière, Emmanuelle Meyer attire une grande clientèle francophone dans la région de Halton.
Emmanuelle Meyer a vécu dans plusieurs pays d’Europe, tels que la Suisse et la France. Elle y a commencé sa carrière dans l’immobilier avant de venir s’installer au Canada.

Son succès peut s’expliquer par plusieurs facteurs, un des plus importants est sans contredit le fait qu’elle soit francophone. En effet, elle confirme que sa capacité à comprendre le français lui permet de se «placer différemment face à la compétition» et «d’avoir un avantage».

Un «certain nombre de francophones» font affaire avec elle justement parce qu’elle a la possibilité de leur offrir des services en français.

Il est vrai qu’il est rare que les Franco-Ontariens réclament des services en français et, selon Mme Meyer, ça ne devrait pas être ainsi. C’est pour cela qu’elle rend le plus visible possible le fait qu’elle puisse fournir des services autant en anglais qu’en français.

«En arrivant à Oakville, j’ai eu l’impression qu’on n’avait pas une communauté francophone à nous», souligne-t-elle. «Les gens ne comprennent souvent pas l’importance de promouvoir les services en français. J’aurais bien aimé moi, quand je suis arrivée au pays, qu’on me dise où je pouvais trouver un médecin, un vétérinaire ou même un agent immobilier francophone.»

Selon Emmanuelle Meyer, ne pas promouvoir les services en français en Ontario et plus précisément dans sa région, c’est «la meilleure façon de faire mourir notre francophonie».

Ayant déménagé souvent dans sa vie et ayant vécu dans divers pays différents, Emmanuelle Meyer a la capacité de mieux comprendre ses clients venant d’autres pays.

«J’ai un certain nombre de clients francophones, mais j’ai également un grand nombre de clients qui viennent d’ailleurs: du Brésil, de Turquie, de l’Équateur… mais ils ont tous un trait commun: ils ont tous la connaissance de ce qu’est un ‘big move’, un ‘grand changement’, car quand tu changes de pays, tu dois tout recommencer».

Mme Meyer considère que cela lui permet de «créer des liens de confiance et de compréhension» avec ses clients.
Elle décrit les conditions du marché à Halton comme étant en baisse quant au nombre de transactions mais en hausse pour le prix des maisons détachées et semi-détachées. Dans la région de Halton, le prix moyen d’une maison serait environ 94% plus haut qu’il y à 10 ans, soit environ 300 000 $ de plus en moyenne. La croissance est surtout visible à Burlington et à Oakville.

Au final: des services en français, une compréhension de ce qu’est un «grand déménagement», une vaste connaissance du marché immobilier de Halton et l’envie d’une «relation amicale avec les clients tout en offrant un service complet du début jusqu’à la fin»: voilà ce qui décrit le mieux l’agente immobilière Emmanuelle Meyer.